05 avril 2007 ~ 0 Commentaire

Les Services Publics

Le libéralisme économique à la recherche de profits sans cesse croissants, mène une guerre à l’échelle mondiale sans précédent dans l’histoire, contre les conquêtes républicaines, ouvrières et sociales. Les acquis du monde du travail sont taillés en pièces par le capital. Les services publics dont l’objectif était d’assurer la cohésion et le progrès de la société autour des besoins collectifs et individuels et ce, dans l’égalité des citoyens, sont démantelés pour offrir de juteuses perspectives financières au privé, au détriment des intérêts collectifs.

Voyons comment s’articulent ces attaques, leurs conséquences, et ce qu’il nous restent à faire pour défendre, reconquérir et étendre les services publics.

Ce que le libéralisme économique a cassé et continue de casser :

La poste (loi de mai 2005) : la libéralisation s’accompagne de hausses de tarifs, de baisse des effectifs 60 000 suppressions de postes / 300 000 agents d’ici 2012

 

  • Les télécoms (décembre2003) : privatisation de France Télécom au profit des actionnaires privés dans des conditions défavorables à l’Etat donc à la collectivité.

  • L’énergie (janvier 2003 et août 2004) : programmation de la libéralisation totale de l’électricité et du gaz. Ouverture du capital d’EDF et GDF au privé.

  • Loi de 2006 accélérant la privatisation de GDF

  • Les transports aériens ( avril 2003 et juillet 2004) : privatisation d’Air France avec réduction des missions de service public

  • Les autoroutes : hausse des tarifs déjà très élevés, diminution des prestations.

  • La SNCF : Les grandes lignes sont privilégiées au détriment des petites.

  • La santé : Les secteurs non rentables (urgences) sont laissés au public alors que le privé s’accapare les soins rentables.

  • enseignement : en quelques années 125 000 emplois détruits.

De l’école à l’université les formations privées fleurissent

… la liste n’est hélas pas exhaustive…

Et l’Europe dans tout ça ?

Elle impulse cette politique libérale ! Elle oblige à la privatisation dans l’esprit de la concurrence libre et non faussée.

 

Il faut bien constater que les services publics jouent aussi leur avenir en Europe.

C’est une Europe de la coopération que nous voulons, pas la rivalité conflictuelle ! La coopération entre la DBB allemande et la SNCF sera plus fructueuse que la compétition plombée par les profits capitalistes ! La concurrence ne sert pas les usagers !

Ce que nous constatons :

L’affaiblissement des services publics, leur efficacité diminue, en 1999 EDF pouvait assumer les tempêtes, en 2007 cela devient plus difficile.

  • Dans les écoles la tâche devient plus rude.

  • L’écrémage des secteurs non rentables au détriment des usagers.

  • La division ville campagne avec pour conséquence la désertification de certaines contrées. Sans service public, sans services de proximité, on assiste à une dévitalisation des régions.

  • La reconstitution des monopoles (ententes illicites dans les télécoms). Ils prennent le pouvoir dans toute l’Europe pour les intérêts privés.

  • Comme le dénonce l’UNSA- Police, le service public de la police est décrié. On assiste à une tendance à la privatisation de la sécurité au service d’intérêts privés politiques. Aujourd’hui, la police est mise au service d’une politique sécuritaire au bénéfice des détenteurs du privé. Il faut une police républicaine de proximité tissant des liens avec la population.

Ce que les services publics représentent pour nous :

Ils sont à l’image de la société que nous voulons, liés à un enjeu démocratique ; un droit fondamental qui doit accompagner le citoyen de la naissance à la mort, lui permettant dans l’égalité de traitement avec les autres, d’avoir accès aux services indispensables à une vie décente.

 

Héritage et biens communs issus du Conseil National de la Résistance, pour ce qui concerne les nôtres, nous avons à les défendre, à en faire des biens sociaux mondiaux (vers l’interdiction des brevets sur les médicaments)

Ils sont des outils d’égalité, de solidarité entre citoyens, et de redistribution des richesses. Ils sont donc incompatibles avec la société ultra libérale qui se profile.

On voit bien que les services publics sont une notion universelle, qui marque pour nous en France un attachement social à la république.

Des biens sociaux à étendre :

A étendre bien sûr, mais d’abord à maintenir.

 

  • Il faut revenir à la municipalisation de l’eau dans un cadre plus général de l’eau échappant à la marchandisation.

  • Redéfinir le service public de l’audiovisuel, son financement. Il est dangereux de tenter de maintenir le prix de la redevance par des ressources publicitaires ( 40% pour A2). Radio France Culture peut devenir une université populaire !

  • Instaurer un service public du logement, assurant la mixité sociale. Est-il normal qu’à Bobigny, il y ait 33% de logements sociaux et pratiquement pas à Neuilly ?

  • Fixer les besoins de service public pour les maisons de retraite. Le privé coûte cher !

  • Développer la SNCF qui a un rôle écologique.

  • Réunir EDF et GDF dans un grand service public de l’énergie.

….La liste n’est pas exhaustive….

Perspectives et luttes :

Nous ne voulons pas seulement garder, mais étendre les services publics dans notre projet politique, l’objectif étant de rendre des services et non de favoriser la concurrence pour le profit. Cela est lié à la société que nous voulons en France et en Europe.

 

Pour cela il faut mettre en œuvre

  • une refondation démocratique, le droit de parole et d’intervention.

  • la reconquête des financements par l’Etat, pour éviter l’appauvrissement et assurer la redistribution de l’impôt au service public.

  • arrêt de la marchandisation de tout.

  • combattre la concurrence entre les travailleurs.

  • unifier les luttes éclatées, favoriser les convergences (FSU) et l’action (CGT)

Il ne faut pas se contenter de positions généralistes, mais renforcer le front européen antilibéral européen au parlement de Strasbourg (groupe gauche unie) et faire pression sur les élus car une autre politique est possible (vote en juin juillet 2007 sur la libéralisation de la poste).

Le 2/4/07 , Gérard Viviani

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Zadig007 |
interlignes |
HONNEUR ET FIDELITE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FO COMMERCE
| Ségolène Présidente
| Schivardi médias 2007